Lee originale 1970
Quelques actus choisies par HollyJim
Les tournesols du dernier plongeon
Le Dernier Plongeon

Trois films ibériques à revoir en 2010

publié le 29 janvier 2010

Le mois de janvier touchant à sa fin, cette série de listes de films à revoir doit se terminer très vite. Donc vite, une liste de films ibériques à revoir.
Deux espagnols, un portugais et encore un espagnol en bonus.

1. Le songe de la lumière (El Sol del membrillo) de Victor Erice (1992)

Il y a bien sûr El Sur et L'Esprit de la Ruche, deux films que je revoie régulièrement. Mais une séance du Songe de la Lumière me parait toujours plus compliquée à programmer. Est-ce l'absence de l'enfance dans ce film ? Est-ce l'absence de Frankenstein, du pendule ?
Pourtant l'envie de le revoir est très forte et je me souviens encore des premiers quarts d'heure ; la précision avec laquelle le peintre installe son matériel, marque le sol avec des clous et, par dessus tout, le moment où, se calant sur ses pieds, face à sa toile et le regard tourné vers l'arbre, il marque celui-ci d'une tache de peinture. Je ne me rappelle plus la signification de cette tache, mais le geste m'avait saisi.

2. Le Dernier plongeon (O Último Mergulho) de João César Monteiro (1992)

Le Dernier plongeon est je crois une commande pour la télévision. Jean de Dieu n'y est pas, mais sa présence est palpable tout au long de cette ballade nocturne dans Lisbonne. Une virée quasi initiatique de deux compères dans les bars et les cabarets et cafétéria de la ville, la rencontre d'une prostituée interprétée par Fabienne Babe, la naissance de l'amour. Et la merveilleuse fin dans le champ de tournesols, portée par le poème de Hölderlin lu par Fabienne Babe et Luis Miguel Cintra. Fasciné par le cinéma de Monteiro, revoir ce film c'est à coup sûr passer de longues semaines en sa compagnie pour célébrer Les Noces de Dieu, se souvenir de la Maison Jaune, rire de La Comédie de Dieu, prendre des Sentiers qui nous mèneront à Sylvestre après une Promenade avec Johnny Guitar, sans oublier un Va et Vient entre Blanche-Neige et Nosferatu.

3. L'écureuil Rouge (La ardilla roja) de Julio Médem (1994)

Je n'ai pas vu grand chose d'autre de ce réalisateur espagnol. Les Amants du Cercle Polaire peut-être, mais c'était pour Fele Martinez, l'acteur de Tesis et Ouvre les Yeuxd'Alejandro Amenábar, et plus tard de La Mauvaise Education de Pedro Almodóvar. Je me souviens d'un film assez délirant, d'un accident de moto, d'une fille amnésique, d'un type s'agrippant à une voiture. Un camping ? Peut-être pas, mais un lieu recouvert de sable me revient en mémoire. Je crois bien que dans mon entourage, personne n'aimait. Vu et enregistré sur Canal plus il y a une dizaine d'années.

Bonus. La chasse (La caza) de Carlos Saura (1966)

La présence de ce film dans cette liste est un coup de poker. Parce que j'ai un très vague souvenir d'un film tourné dans le désert espagnol, par un espagnol. Une histoire de chasseurs. Une recherche sur le web met en avant ce film de Carlos Saura. Le résumé me rappelle vaguement quelque chose, sans plus. Peut-être n'est-ce pas le bon film. Je me souviens d'un petit groupe d'hommes, d'une jeep, du désert, bien sûr. Une menace, une tension certaine. Et la certitude qu'il s'agit d'un film des années 50-60. Donc peut-être celui-ci

Victor Erice, un lien


Retour en haut de page