Lee originale 1970
Quelques actus choisies par HollyJim
Black Swan
Affiche de Black Swan

Black Swan : La bande annonce tenait ses promesses.

publié le 13 mars 2011

Lorsqu'à l'occasion d'une de mes rares présences dans une salle de cinéma j'ai vu la bande annonce de Black Swann, je me suis tout de suite dit que je n'irai pas voir ce film. Pour commencer, il y avait la danse classique, monde qui ne m'intéresse vraiment pas, du moins au cinéma. Je ne sais pas pourquoi j'ai toujours fui les pages "Cinemathèque de la danse" des programmes de la Cinémathèque Française. Mais ce n'est pas tout.

Dario faux

Le troisième plan de la bande annonce a imprimé un titre dans mon cervau : L'oiseau au plumage de cristal. Dès lors, l'ombre de Dario Argento sera pour moi la seule ombre planant sur le beau visage de Natalie Portman alors que la peur l'envahit peu à peu. Peur d'une menace, d'un monstre, réel ou non, la bande annonce insiste bien là-dessus. Un sujet pour Dario Argento, mais filmé crade avec une image sombre et granuleuse. Sans rouge, sans jaune, sans rien d'autre que du noir et du blanc (ben oui c'est Le lac des cygnes), mais avec les miroirs, les jolies filles, le verre brisé, les ciseaux...

Sur la foi de sa bande annonce, je me suis donc convaincu que Black Swan n'était pas pour moi. Pourquoi aller voir un mauvais Argento quand le temps manque pour voir les bons.

J'y suis pourtant allé... Et rien ne manquait.

Pour compléter le tableau, il ne me restait plus qu'à consulter presse et blogs pour me faire une idée de la réception de ce film. Les analyses les plus fines sont sur internet mais je ne comprends pas la comparaison avec Carrie, et je ne vois surtout aucune virtuosité dans le film d'Aronofsky. On trouve même dans la presse certains critiques allant jusqu'à voir en lui le digne héritier de Brian de Palma.

Mais ce qui a encore plus plombé ma vision du film, c'est qu'après avoir vu un film pas terrible non plus dans lequel une chanson de The Wall accompagnait une séquence amusante, j'ai eu envie de réécouter l'album de Pink Floyd (revoir le film serait au-dessus de mes forces.) Lorsque j'ai entendu "of course mama's gonna help build the wall" (est-il besoin d'évoquer la présence de la mere dans le film ?), le doute n'était plus permis: Darren Aronofsky est le digne héritier d'Alan Parker.

Le côté obscur de Nina Miss Dior

Une dernière chose concernant le lien ci-dessous. Lorsque j'ai voulu voir des images de L'oiseau au plumage de cristal pour me remettre dans l'ambiance, je suis tombé sur une bande annonce sur Dailymotion. A droite, grace à la magie du marketing web, une pub pour le parfum Miss Dior, représenté par Natalie Portman, n'attendait que mon clic pour se lancer. J'ai donc découvert Natalie en petite robe noire, Natalie dans un appartement à la douceur laiteuse, Natalie sous des draps blancs, un plan de Natalie dans un bain de mousse blanche avec des lunettes noires montée cut avec un cygne blanc. Bref toute la finesse des Don Draper d'aujourd'hui pour coller à la sortie d'un film de la star de la maison. Le pouvoir de Black Swan est peut-être dans cette vampirisation de la marque Dior, depuis ses publicitaires en manque d'idée, jusqu'à l'icone Galliano, passé du côté obscur après avoir longtemps été mi cygne blanc, mi cygne noir.


Retour en haut de page