"Et quand il eut passé le pont, les fantômes vinrent à sa rencontre"
Friedrich Wilhelm Murnau - Nosferatu
La phrase qui tue

Murnau – Nosferatu - "Et quand il eut passé le pont…"

publié le 18 septembre 2009

C'est cette phrase, qui figure sur un carton de Nosferatu qui aurait dû être la première phrase qui tue présentée sur le site. Elle appelle tellement à la rêverie, à l’imaginaire…
Nosferatu de F.W. Murnau
Nosferatu de F.W. Murnau
Elle est de plus tirée d’un film absolument génial d’un cinéaste que j’aime particulièrement, F.W. Murnau. Mais c’est justement cet appel à la rêverie qui a provoqué le choix de publier d’abord la phrase de Julien Gracq qui s’est rappelée à mon souvenir. Gracq lui-même aimait ce film et avait écrit une belle préface à un livre qui était consacré à Nosferatu. Mais que dire de plus ? Tant a déjà été dit sur le film et ce carton en particulier. Peut-être juste ceci, un nom : Max Monteiro. Comme beaucoup, j'ai découvert Joao César Monteiro avec Souvenirs de la maison jaune. Ce fut un sacré choc à l'époque, de découvrir ce film du cinéaste portugais qui avait emprunté le prénom de l'acteur de Nosferatu : Max Schreck. La phrase se suffisant à elle même, répétons la une fois de plus : "Et quand il eut passé le pont, les fantômes vinrent à sa rencontre"


Retour en haut de page